Élaboration d’un code coutumier chez les Atikamekw Nehirowisiwok

Cette vidéo peut être visionnée par chapitres en utilisant les contrôles situés en bas à droite du cadre.

La professeure Eva Ottawa, elle-même d’origine Atikamekw Nehirowisiw, se consacre à l’étude des traditions juridiques chez les Atikamekw Nehirowisiwok. Dans cette vidéo, la professeure Ottawa nous explique son travail portant sur les traditions et les coutumes qui servent de fondement à l’ordre juridique atikamekw nehirowisiw. Elle expose les grands principes philosophiques et les valeurs régissant les relations entre personnes et avec l’environnement chez les Atikamekw Nehirowisiwok de Manawan. Sa recherche vise à appuyer la codification de concepts tirés des traditions orales au sein de cette communauté.

Les Atikamekws Nehirowisiwok sont un peuple nomade de tradition orale. Il n’existe pas de terme équivalent à « droit » dans leur langue. Aucune institution n’est en charge d’édicter des lois. Ce sont les traditions orales qui, depuis des générations, transmettent les valeurs, la philosophie et les règles régissant la vie en communauté.

Nehirowisiwin sert de fondement à l’ordre juridique atikamekw nehirowisiw. C’est du « droit vivant » présentant une vision du monde et une philosophie d’existence et de coexistence relationnelle unique et distincte des règles de droit canadiennes. 

Ces règles de vie se transmettent grâce à atisokana, un terme qui désigne des contes, des légendes, des expériences, des anecdotes. Elles se transmettent aussi par kitci atisokana, soit les récits de la création, et par kokotce atisokana, soit les récits sur les créatures. Nehirowisiwin réfère également à cette Loi sacrée qui nous enseigne la manière de vivre, de chanter et de raconter l’histoire. Il faut ensuite porter cette philosophie à l’intérieur de « soi » et l’exprimer à travers toutes les actions et les décisions. 

La coexistence des cultures juridiques autochtones et occidentales est un défi et une richesse dans le système de droit canadien. Depuis quelques années, il existe un mouvement encourageant l’émergence de modèles novateurs vers un pluralisme juridique qui mise sur la coexistence de régimes juridiques provenant notamment des différentes Premières Nations. Les travaux de la professeure Ottawa permettent une meilleure compréhension des pratiques et normes coutumières au sein des premières nations. Ils contribuent à l’établissement de modèles innovateurs afin d’assurer une meilleure coexistence des cultures juridiques autochtones et occidentales. 

Références et liens utiles
À propos de la chercheuse

Restez au fait des prochaines publications